Neuvaine 2 : Dieu, origine et fin de toute vie humaine

 « La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul véritable Dieu,

et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. » (Jn 17, 3)

Doctrine de l’Eglise

                 « La dignité de la vie n’est pas seulement liée à ses origines, au fait qu’elle vient de Dieu, mais aussi à sa fin, à sa destinée, qui est d’être en communion avec Dieu pour le connaître et l’aimer. » (Evangelium Vitae n°38).

            « La vie physique, par laquelle commence l’aventure humaine dans le monde, n’épuise assurément pas en soi toute la valeur de la personne, et ne représente pas le bien suprême de l’homme qui est appelé à l’éternité. Toutefois, elle en constitue d’une certaine manière la valeur “fondamentale”, précisément parce que c’est sur la vie physique que se fondent et se développent toutes les autres valeurs de la personne. » (Le don de la vie, Instruction de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, 1987)

                « Il est difficile de rester fidèle au ” tu ne tueras pas ” quand on n’observe pas les autres ” paroles de vie” auxquelles ce commandement est connexe. En dehors de cette perspective, le commandement finit par devenir une simple obligation extrinsèque, dont on voudra voir bien vite les limites et à laquelle on cherchera des atténuations ou des exceptions. Ce n’est que si l’on s’ouvre à la plénitude de la vérité sur Dieu, sur l’homme et sur l’histoire que l’expression ” tu ne tueras pas ” brille à nouveau comme un bien pour l’homme […]. » (Evangelium Vitae, n°48)

Méditation – La vocation à la vie éternelle

                Faisant participer sa créature à quelque chose de lui-même, Dieu laisse son empreinte indélébile dans toute vie naissante. Principe de toute vie, Il est en même temps la destinée de chaque homme. Et c’est cette perspective de la vie éternelle auprès de Dieu qui donne tout son sens et toute sa dignité à la vie biologique de l’homme. Appréhender l’homme dans la plénitude de la vérité, y compris sa finalité profonde, c’est ce à quoi nous invite Saint Jean-Paul II.

                Ainsi, favoriser l’éclosion d’une vie humaine, c’est favoriser la naissance d’une personne à la vie éternelle. Or n’est-ce pas là le plus grand bien que nous puissions posséder? N’est-ce pas ce que nous désirons le plus fermement pour nous-mêmes? Mais cette naissance avec Dieu dans la vie éternelle – ce que veut dire étymologiquement la  « con-naissance de Dieu » – n’est possible que s’il y a eu au préalable une éclosion de la vie physique. Et c’est là que notre générosité a parfois besoin de grandir.

                La Congrégation pour la doctrine de la foi remet à sa juste place la vie biologique : c’est une valeur fondamentale puisque sans une fécondation, l’éternité n’est pas possible, mais elle n’est pas pour autant le bien suprême. Elle est appelée à être dépassée. Sans la lumière des autres paroles et dimensions de Vie, la vie biologique humaine perd son sens. Ainsi, perdre de vue la vocation de l’homme à la vie éternelle, c’est s’exposer à un essoufflement dans la défense absolue de cette vie biologique et à la tentation d’aménager des exceptions.

Prions !

                Seigneur Jésus, Toi qui est l’alpha et l’oméga, l’origine et la fin de toute chose, apprends-nous la vraie mesure de nos jours. Que nous n’oublions pas notre finalité ultime qui parfois peut nous sembler bien lointaine. Viens réveiller en nous le désir de participer un jour à ta Vie divine. 

Focus sur l’embryon :

2ème mois : La tête se forme peu à peu et prend une taille importante comparativement au reste du corps. L’arrière du cerveau devient plus large, ce qui amène l’embryon à incliner la tête vers l’avant. Ses membres se forment : on distingue les doigts, la bouche, le nez, les oreilles, les yeux et même les paupières.

Les récepteurs olfactifs et tactiles apparaissent, les premières cellules gustatives se développent.

Les bras et les jambes s’allongent et les articulations (coudes et genoux) se précisent. On voit aussi les poignets et chevilles se dessiner. À l’intérieur, les muscles et les nerfs prennent forme et les organes vitaux sont tous en développement : l’estomac, l’intestin, le pancréas et les reins apparaissent. Toutefois, ils ne sont pas encore fonctionnels.

À 50 jours, l’embryon a beaucoup grandi : il mesure entre  17 à 22 mm.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Articles liés
0 Commentaire

Laisser un commentaire